Le temps qui passe....   |   Sarre-Union...Bouquenom   |   Photos anciennes de Sarre-Uniontemps qui passe....   |     home
Le temps qui passe....   |   Sarre-Union...Bouquenom   |   Photos anciennes de Sarre-Uniontemps qui passe....   |   Sarre-Union...Bouquenom   |   Photos anciennes de Sarre-Union   |   Louis XIV à BOUQUENOM  (Sarre-Union) juin 1683   |    Visite du Président Pompou à Sarre-Union   |   L'Histoire postale mouvementée de Sarre-Union   |   Musée virtuel d'Alsace Bossue   |   Histoire du Comté de Sarrewerden   |   la Villeneuve : Neu-Sarrewerden   |   Le chateau de Diedendorf   |   Alfred Mahler   |    Le chalet Imbert à Sarre-Union   |   Pierre Greff   |   Heidenkirch , Haut-Lieu d'Energie           |   généalogie Jacobs Henry  à Bouquenom   |   Jacob Jacobs , Bouquenom 1600   |   Genealogie Greff  ,Klam, Formery ,Jacob   |   AUGUSTE WEISSBACH   |   Au fil de nos ballades   |   généalogie jacobs (Bockenheim=Bouquenom,Burbach.sarre-union) douments en vrac   |   TENTELING mon village   |   Par ici...souvenirs de voyages   |   La Nature   |    Moulins d' Alsace-Bossue   |   henry (Heinrch) wintzheimer   |   La Petite Pierre... juin 2019   |   drulingen 07/2015   |   Un petit tour dans les Pays Baltes   |   Georges 75   |   diamants et plus...   |   mes "Nagel" de Tenteling   |   petite Croisière sur le Rhin   |   Crash d'avion à Tenteling   |    Magali et Sandro.   |   fin de journée (Rimsdorf)   |   Santè au naturel   |   Winpharma...photos souvenir   |   chemin des cimes
fin de journée (Rimsdorf)
ces végétaux qui nous veulent du bien....

Le Docteur Quercus à Rimsdorf
le grand chène vu de plus près : toujours vert le bougre , malgré ses 300 ans

 le grand chène de Rmsdorf
il se trouve sur les hauteurs de Rimsdorf
c'est un chène pédonculé (quercus robur ) stieleiche
il est impressionant par sa circonférence  ( 5 m )
son port est majestueux
quand on s'approche , ses bras multiples
semblent se tendre vers vous
vous commencez à resentir la sérénité qu'il dégage
avancez encore , jusqu'au tronc
et laissez vous envahir par les bonnes ondes
dégagées par sa majesté




2006

 
La vue est bien bouchée...de plus en plus

 

La mort est douce, elle nous dèlivre de la peur de la mort..(Jules Renard)
  CHEZ NOUS IL FAIT TOUJOURS BEAU

La chandelle

Je relis page par page
le livre de ma vie
Je relis
      mes malheurs ,
      les occasions ratées ,
      ma grande joie ,
      et mon très grand bonheur .
La petite flamme oscille
au rythme de ma respiration
et creuse dans la cire une coupelle
au bord échancré .
Parfois une goutte déborde ,
coule le long de la chandelle
et se fige après un court trajet .
La petite flamme danse joyeusement .
La chandelle se consume inexorablement
pendant que je continue ma lecture .
Arrivé à la dernière page
je ne peux lire à peine .
La petite flamme se meurt peu à peu
dans un amas de cire aux formes sinueuses .
L'obscurité s'étend doucement comme un voile .
La flamme s'éteint .
Seul un petit point lumineux
court le long de la mèche .
La nuit le dévore .
Une fumée àcre remplit la pièce .
Je suis fatigué .
Dormir , dormir .
                                Poème d'Alfred MAHLERalfred mahler pharmacien centenairephoto yvonne mahler
              extrait de " Voyage à la source "



 

une bière très particuliére...11/7/2020


La résignation allège tous les maux sans remède. (Horace)


rita jacob
 Rita Jacob   une école HIBOU 1986 mont saint michel, la Rita Jacob , Architecte INSA depuis le 30/9/05

Après 4 semaines éprouvantes de " charettes" ...

Quelques images de la présentation du projet de fin d'études et de la remise des diplomes le 30/9/05

Le projet concerne le village de Lorentzen en Alsace Bossue qui devrait prochainement recevoir une

bretelle d'accès à l'autoroute A4 , ce qui rapprocherait le village de l'aglomèration Strasbourgeoise .

Le projet à reçu la mention très-bien (17/20) du jury , et nominé au concours de la région,

 pour les projets de diplomes qui portent une attention particulière à l'environnement (HQE=

HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE)

Un projet pour un village (LORENTZEN), revisiter le mythe arcadien .

L'urbanisation et l'aménagement de territoire rural ont perdu
aujourd'hui leur aptitude à s'approprier les lieux , leur paysage
et leur histoire. Les solutions standards de la viabilisation
moderne viennent jouxter les vestiges rassurants de la paysannerie
Sous les effets conjugués des diffférentes logiques dominantes
(les infrastructures , les zones commerciales , industrielles
et résidentielles annexes aux villes ) la campagne subit
des successions de dénaturations , notament de valeurs ,
qui vont jusqu'à ne plus savoir ce qui fait l'intérèt  d'y vivre
d'y habiter . La banalisation des sites par le mitage
et les lotissements entraine en plus un appauvrissement des relations
sociales , qui ne se jouent plus sur le lieu de vie , mais sont délocalisées.
Or ces extensions toujours plus lointaines ne spatialisent  en rien
ce que pourrait offrir un village aujourd'hui :
- le rapport à un environnement physique différend de celui
  que l'on peut trouver en ville .
- le rapport différent de l'individu à la société locale , caractère
  d'inter-connaissance , on se connait mieux entre voisins .
- le rapport de la localité , cest à dire un intérèt de la plupart
  des habitants  pour la localité dans laquelle ils habitent ,
   la gestion collective de l'espace .

De ce constat général , mis en rapport avec la situation actuelle
du village  de Lorentzen je propose la problématique suivante :

La planification à court terme , les réponses au coup par coup ,
la ségrégation spatiale , contribuent en grande partie à la perte
de qualité de l'espace rural , à la dilution des rapports sociaux.

En ce sens j'entends étudier de quelle manière une planification
à long terme pourrait apporter une alternative à l'extension
par lotissement , à partir  des hypothèses de travail suivantes :

> de faire émerger du village les qualités qui lui sont propres .
En utilisant les traces de mémoires inscrites sur le site de
manière superficielle ou plus profonde , matérialisées par le
parcellaire , les alignements d'arbres , bosquets, chemins,
ruisseaux et autres que je souhaite réinscrire le  projet dans une
histoire , redonner un caractère particulier à ses espaces et
aux batiments qui viendront les créer .

> ne plus voir la maison individuelle comme une  intouchable
solitaire , mais bien de la respecter comme élément participant
à la qualité et à la logique d'un ensemble.

> voir le village et son extension comme un tout pouvant  profiter
et fabriquer à la fois sa propre unité , en recréant  un univers
intérieur commun , lieu de promenade et de rencontre ,
lien physique et visuel du paysage du village . Associer à cet
univers les projets émergents et les liens associatifs de la
commune qui le rendront attractifs et interactifs .

Rita Jacob , Architecte INSA depuis le 30/9/05

maintenant qu'on a de nouveaux voisins à Rimsdorf, qui ont construit là ,
juste sous notre nez et qu'on ne voit jamais ... je comprends mieux ce message
mj  02/03/09

DNA 8-4-06           Les temps changent...avec le pétrole cher

Un lotissement de (haute) qualité environnementale
La Région Alsace lance une nouvelle politique en faveur des lotissements qui répondent aux critères d'un urbanisme durable de qualité environnementale. Première commune servie, Sainte-Croix-aux-Mines.

)
L'objectif de cette nouvelle politique est d'aider les élus locaux à réaliser des lotissements de qualité utilisant les sols de façon plus rationnelle et développant une meilleure approche environnementale. La Région Alsace finance 80 % des études de projets, avec un plafond à 20 000 €. Elle aidera aussi à la réalisation concrète de quatre lotissements expérimentaux dans chacun des deux départements. Parmi eux, le lotissement de Sainte-Croix-aux-Mines qui entre en phase de réalisation. Les maisons sont construites sur pilotis afin de libérer le sol. Économes en énergie et bien isolées, elles privilégient des matériaux de qualité comme le bois. La commission permanente d'hier a consenti une avance remboursable sans intérêt sur 2 ans de 157 300 € (60 % du prix de revient) pour la conception de la maison témoin. Le prêt sera remboursé lorsque la maison sera vendue.
La Région Alsace poursuit par ailleurs ses efforts en faveur des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique, avec des projets pour lesquels a été débloqué hier un montant global de 9,15 millions d'euros. Elle veut notamment devenir une région pilote pour les bâtiments à basse consommation. Huit chantiers prioritaires ont été retenus, dont celui de la réhabilitation thermique des bâtiments. Il consiste à diviser par quatre les consommations énergétiques dans les logements à l'horizon 2025. Outre les projets solaires et bois-énergie collectifs et l'utilisation de l'énergie solaire chez les particuliers, un programme de remplacement des chaudières fioul ou gaz par des chaudières bois à alimentation automatique a été lancé en octobre. 200 primes, pour un montant global de 233 250 €, ont déjà été accordées.

DNA du 8-4-06


              






ANTOINE MARGUET Disparu trop jeune



rien à voir

LE REPEUPLEMENT EN LORRAINE
APRES LA GUERRE DE TRENTE ANS

BILAN DES DESTRUCTIONS

LES DEBUTS DU REPEUPLEMENT A LA FIN DU XVII° SIECLE

LES EFFORTS DE REPEUPLEMENT AU DEBUT DU XVIII° SIECLE

BILAN DES DESTRUCTIONS
    L'apogée du peuplement se situe, dans les duchés de Lorraine et de Bar aussi bien que dans les Irois Evêchés, vers 1580 ; mais le coup d'arrêt à l'expansion entre 1580 et 1600 est moins fortement ressenti que dans le royaume de France. La thèse de doctorat, soutenue par Marie-José LAPERCHE-FOURNEL sur "Le peuplement du duché de Lorraine de 1580 à l720" et fondée sur une exploitation systématique des comptes fiscaux et des visites des paroisses, permet de mesurer le niveau démographique vers 1600 et l'ampleur de la catastrophe qui s'ensuivit. A la première date, la densité d'occupation en milieu rural est de 17 à 18 habitants par kilomètre carré, avec des différences microrégionales marquées (ex: au centre 28 à 30 habitants, à l'est, 11 à 12, à l'extrême nord-est, 6 à 7% seulement) ; les villages comptent en moyenne 150 à 200 habitants ; les 3/4 des villages du duché de Lorraine ont moins de 210/225 habitants ; le taux d'urbanisation est faible : avec les villes, le duché compte 22 habitants au km2. Le pays est donc relativement peu peuplé et peu urbanisé en comparaison avec la plupart des provinces françaises.
Nancy a 16 000 habitants en 1628 : Metz, 19 000 sans la garnison.
    La guerre de trente ans et surtout les épidémies de peste bubonique et de typhus, qui l'accompagnent, provoquent la plus grande catastrophe économique et démographique de l'histoire de la Lorraine. Les sources manquent pour l'examen du creux de la vague vers 1650-1655; elles permettent par contre de voir la situation en 1668, c'est-à-dire après le début du redécollage. La densité en milieu rural est passée de 17/18 à 7 habitants au km2 ; La taille moyenne des villages tombe de 150-200 à 60 habitants. D'une manière globale, la perte démographique est de 60% (pour environ 50% en Alsace, 30 à 40% en Champagne, orientale surtout). Mais la chute est inégale : relativement movenne vers le sud (office d' Arches : 42% ) considérable au nord et au nord-est (office de Bitche  80%; office de Sierck : 87%). Sans nul doute, le bailliage d'Allemagne est le plus gravement touché.
    La population de Nancy est tombée de 16 000 à environ 5 000 en 1656. Metz moins fortement atteinte a 15 000 habitants en 1637, mais décline encore dans les années suivantes dans une proportion mal connue.

LES DEBUTS DU REPEUPLEMENT A LA FIN DU XVII° SIECLE
    Malgré de grandes difficultés, la restauration économique et démographique est tentée à partir de 1660 environ. Elle est le fait aussi bien du duc Charles IV, revenu à la tête de ses états de 1661 à 1670, que du roi de France, soucieux de remettre en état un pays dont il compte devenir définitivement le maître.
    Parmi les mesures, destinées à relancer les activités de sa capitale, Charles IV apporte un large soutien aux manufactures : draps à la façon d'Angleterre création en 1664), soieries etc. Les artisans, qui s'installeraient dans la ville, bénéficieraient de la dispense du droit de bourgeoisie (c'est à dire d'entrée dans la ville), des impôts pendant six ans, du logement des militaires, et même du chef-d'oeuvre habituellement requis (1665-1668). Celui qui restaurerait une maison ruinée ou en construirait une nouvelle serait dispensé des charges fiscales sa vie durant. Par ailleurs deux nouveaux marchés sont ouverts dans la Ville-Vieille. Ces mesures portent effet, mais Nancy ne retrouve pas sa population antérieure (elle ne dépasse que de peu 10 000 habitants).
    L'économie rurale a été totalement désorganisée : terres retournées en friches ou en forêts; confusions des parcelles, des soles et des bans; endettement des particuliers et des communautés d'habitants;  désertion de certains villages; seigneuries tombées en déshérence, etc. Charles IV exige une déclaration des biens vacants avec procès-verbal des témoignages des plus anciens habitants (1664). Louis XIV légifère entre 1671 et 1698 par l'intermédiaire du Parlement de Metz et entame une politique de remembrement c'est-à-dire de remise à l'état ancien des droits et propriétés : c'est le cas à Eblange (1683),à Filstroff (1692), Boulay (1696), etc. On s'efforce donc de rétablir les structures traditionnelles.
    Déjà il a été fait appel à l'immigration. Dés 1663 on note la présence de colons originaires de Picardie et du Vermandois, en particulier autour de  Dieuze et Lorquin. L'intendant français Marc-Antoine Turgot évoque en 1697 l'exemption fiscale de douze années "ce qui attira de nombreux Picards du Laonnais, du Soissonnais et du Valois, lesquels étant laborieux se sont retirés en ces pays-ci où ils forment des commencements de villages et agrandissent leurs bans dans les bois par défrichements". Incontestablement le redressement démographique est sérieusement amorcé au cours du dernier tiers du XVII° siècle : pour 18 villages de l'office de Bitche, 114 conduits (ou feux) en 1677 et 215 en 1700. Mais il y a des différences locales importantes dues notamment à leur état originel et à une immigration plus ou moins diffuse. Partout on relève une augmentation de
La nuptialité et de la natalité.
    Metz -où en 1679 il faut loger 13 000 fantassins et cavaliers- a 21 939 habitants dont 4341 calvinistes et 795 juifs. Une forte immigration venue des autres évêchés, de France et de l'étranger contribue à élever la nuptialité : en moyenne 160 mariages par an en 1650-1659; 252 en 1670-1679. La révocation de
 l'édit de Nantes perturbe gravement la situation démographique : 3 000 réformés quittent Metz et les villages avoisinants, dont 60% gagnent Berlin. Dès 1686, Metz a moins de 20 000 habitants.

LES EFFORTS DE REPEUPLEMENT AU DEBUT DU XVIII° SIECLE
    Avant même le retour effectif de Léopold, des mesures sont prises pour re-lancer l'économie : le 2 avril 1698, assouplissement du carcan corporatif  "dans un temps où le bien du service de Sadite Altesse veut au contraire
que l'on aplanisse toutes les difficultés et que l'on se serve de toutes les voyes raisonnables pour repeupler ses états" ; et facilités accordées aux jeunes mariés et aux étrangers voulant s'établir dans les duchés. De plus, exemptions fiscales pour les laboureurs et manouvriers étrangers qui rétabliraient ou construiraient des
 maisons. C'est, en somme, continuer la politique de Charles IV et Louis XIV.
    Quelques mois plus tard un effort particulier est fait pour le baillage d'Allemagne "où il se trouve grand nombre de lieux abandonnés et la plus grande partie des héritages en friche et sans cultures" (ordonnance du 10 octobre 1698..)
 Les diverses dispositions de cette mesure sont étendues, le 14 septembre 1709 l'ensembles des duchés. Par ailleurs, de nouveaux "remembrements" sont effectués et quelques villages créés ( Felsberg et Neu-Forweiler près de Sarrelouis) ou recréés (Mouacourt à une dixaine de kilomètres de Lunéville).
    On connait mal les circuits d'information et le bilan exact de l'immigration.
 Les sources fiscales sont naturellement discrètes puisque les nouveaux arrivants sont exemptés pour un temps. Reste surtout les actes de mariage, mais y échappent célibataires et gens antérieurement mariés. On ne sait donc pas bien avec précision s'il y a eu ici ou 1à immigration pratiquée en solitaire ou en famille.
    Néanmoins il est possible de cerner le profil de l'immigrant moyen. I1 est catholique, ce qui est conforme à la tradition de la Lorraine, terre classique du catholicisme intransigeant. Viennent plus d'hommes que de femmes, dans la mesure ou l'on pressent que l'immigrant est en général célibataire. I1 vient de régions traditionnellement exportatrices d'hommes : c'est-à-dire les pays de montagne : Savoie, Suisse, Dauphiné, Tyrol. I1 faut y ajouter les pays au nord de Paris (Picardie surtout), phénomène répondant à une situation économique difficile dont il conviendrait de connaitre la nature et l'importance. L'immigrant moyen est de condition modeste, mais il n'est pas forcément pauvre : ce peut être l'exploitant non-propriétaire du Bassin parisien. Prioritairement, c'est un rural ou un artisan : de Savoie et du Dauphiné viennent des "défricheurs" ou "arracheurs de hayes", des vignerons ; de Suisse, des bergers, des marcaires, des hardiers de vaches ; du Tyrol, des maçons, des charpentiers, des couvreurs en somme des hommes de la terre et des ouvriers du bâtiment.
    Reste le problème linguistique. Naturellement vont vers la Lorraine francophone les Français du Bassin parisien, du Dauphiné de la Savoie ou de la Suisse romande ; alors que les Suisses alémaniques ou les Tyroliens rejoignent la Lorraine germanaphone. Cependant la répartition est moins nette qu'on pourrait attendre. Quoiqu'il en soit l'immuable frontière des langues, qui traverse le pays, n'a guère été affectée par le phénomène de l'immigration : peut-être une très lègère modification -d'ailleurs controversée- dans la région de Dieuze.
    Dans ce domaine l'apport fourni par les recherches généalogiques peut être d'un intérêt tout à fait primordial.









Une conversation rare entre Ramkrishna Paramahansa & Swami Vivekananda.
1. Swami Vivekanand : - Je ne trouve pas de temps libre. La vie est devenue agitée.
Ramkrishna Paramahansa :- L'activité vous occupe. Mais la productivité vous libère.
2. Swami Vivekanand : - Pourquoi la vie est-elle devenue compliquée maintenant ?
Ramkrishna Paramahansa:- Arrêtez d'analyser la vie... Ça complique les choses. Vivez-le.
3. Swami Vivekanand : - Pourquoi sommes-nous alors constamment malheureux ?
Ramkrishna Paramahansa :- L'inquiétude est devenu votre habitude. C'est pourquoi vous n'êtes pas heureux.
4. Swami Vivekanand : - Pourquoi les bonnes personnes souffrent-elles toujours ?
Ramkrishna Paramahansa : - Le diamant ne peut être poli sans friction. L'or ne peut être purifié sans feu. Les bonnes personnes traversent des épreuves, mais ne souffrent pas.
Avec cette expérience, leur vie devient meilleure, pas amère.
5. Swami Vivekanand : - Vous voulez dire que cette expérience est utile ?
Ramkrishna Paramahansa: - Oui. À chaque trimestre, l'expérience est un professeur difficile. Elle donne le test en premier et les leçons après.
6. Swami Vivekanand : - À cause de tant de problèmes, nous ne savons pas où nous allons...
Ramkrishna Paramahansa:- Si vous regardez dehors, vous ne saurez pas où vous allez. Regarde à l'intérieur. Les yeux donnent la vue. Le cœur fournit le chemin.
7. Swami Vivekanand :- L'échec fait-il plus mal que de se déplacer dans la bonne direction ?
Ramkrishna Paramahansa :- Le succès est une mesure telle que décidée par d'autres. La satisfaction est une mesure que vous avez décidé.
8. Swami Vivekanand : - Dans les moments difficiles, comment rester motivé ?
Ramkrishna Paramahansa : - Regardez toujours jusqu'où vous avez parcouru plutôt que jusqu'où vous devez aller. Comptez toujours votre bénédiction, pas ce qui vous manque.
9. Swami Vivekanand : - Qu'est-ce qui vous surprend chez les gens ?
Ramkrishna Paramahansa : - Quand ils souffrent, ils demandent : "pourquoi moi ? " Quand ils prospèrent, ils ne demandent jamais "Pourquoi moi ? "
10. Swami Vivekanand : - Comment puis-je tirer le meilleur de la vie ?
Ramkrishna Paramahansa:- Affrontez votre passé sans regret. Gère ton cadeau en toute confiance. Préparez-vous pour l'avenir sans crainte.
11. Swami Vivekanand : - Une dernière question. Parfois, je sens que mes prières ne sont pas exaucées.
Ramkrishna Paramahansa : - Il n'y a pas de prières sans réponse. Garde la foi et laisse tomber la peur. La vie est un mystère à résoudre, pas un problème à résoudre. Fais-moi confiance. La vie est merveilleuse si tu sais vivre.





compteur visites