Alsace Bossue   |     home
Alsace Bossue   |   la Villeneuve : neu-sarrewerden   |   Histoire locale sarre-union et alsace bossue   |   Heidenkirch , Haut-Lieu d'Energie           |   Musée virtuel d'Alsace Bossue   |   patrimoine alsace bossue   |   Alfred Mahler   |   AU JOUR LE JOUR   |   Le chalet Imbert à Sarre-Union   |   Par ici...souvenirs de voyages   |   La Nature   |   AUGUSTE WEISSBACH   |   genealogie Greff  ,Klam, Formery ,Jacob   |   TENTELING moselle   |   Winpharma...photos souvenir   |   Un petit tour dans les Pays Baltes   |   drulingen 07/2015   |   Santè au naturel   |   Pierre Greff
genealogie Greff  ,Klam, Formery ,Jacob


    Mon grand-père Jacob Joseph et ma grand-mère Rose Formery
                                                            que je n'ai pas connue : elle est morte le jour de ma naissance (à 82 ans )       





                                 



arriere grands parents

ancien régime - révolution
arriere gp de mes arrieres gp
ancien régime
64.65 JACOBS Henry , Notaire royal  vers 1720-
               à Volmunster
                x
           HOERENDL Marie Claire

66.67 BECKER Jean 1697-1767
                 x 1736
           HUBERT (HOUPERT) Anne Marie
68.69 HAAG Nicolas   Merlebach
                  x1750 MB
           MULLER Anne Marie
136/137Haag pierre
x KLeiss Appoline

188/189Muller jean
x
70.71 KLEIN J Nicolas
                   x 1738
           PHILIPPE Anne Marie  Folkling
140/141Klein Nicolas
x1703 Lacour Catheri

142/143Philippe j-p
x1708Kuhn A_Marg
72.73 FORMERY (idem 80.81)
                    x
           PETRI A M

144/145 idem160/161

146/147 idem162/163
74.75 LANG J nicolas
                    x 1767
           METZINGER Suzanne
148/149Lang Jean
x1726Petri Marg

150/151Metzinger Etienn
x1718Egloff Catherine
76.77 SCHULER Nicolas
                     x 1763
           EGLOFF ANNE
78.79 METZINGER Christophe(frère de 75)
                      x1761 Theding
            MERTZ Anne Catherine
32.33JACOBS Jean Népomucène Philippe
                              1745-1807
                x 1775 Freyming
          BECKER Anne Marie 1758-1814
80.81 FORMERY Nicolas 1723-
                       x1751
           PETRI Anne Marie  1730-

34.35 HAAG Nicolas         -1814
           Merlebach
                  x 1786
           KLEIN Elisabeth 1755-              Folkling
82.83 EGLOFF Thiebault           -1802
                       x 1755
           GREFF Anne Marie  1734_     Etzling
36.37 FORMERY Jean, veuf de EGLOFF Eve
                   xxx 1797
           LANG Marguerite
84.85 LAUER Pierre 1721-1796
                 Nousseviller
                         x 1742
           HERGOTT Anne Marie
             1729-1792

38.39 SCHULER Pierre 1769-1853
                   x 1794
    METZINGER Suzanne1863- Théding
86.87 GREFF Jacques 1718-     Biving
                      x1745
CLAISSE  Marg. 1718-1784
40.41 FORMERY Jean 1757 1838
                    x x 1792 Theding
           EGLOFF Eve 1768- 1795

88.89 NAGEL G  1729- 1776
                        x 1754
           KARP Elisab. 1736-1779
176.177NAGEL J-g1695-1777
      X 1725
BAUR Elisabeth  16.. -1777


352.353NAGEL Bernard
 né à Langenfeld (Tyrol)
 vers 1670
X 1692
    WEBER Catherine
704.705NAGEL Jean


x
        SCHOPF Christine
16.17 JACOB Pierre 1798-
            tailleur d'habits  Freyming
                 x 1827
            HAAG Angelique 1803-1869
             couturière
42.43  LAUER Pierre 1757-
                   x 1782 Tenteling
            GREFF Marguerite 1758-1835
90.91 HERGOTT Nicolas     -1720
                        x 1750
           KAAS Marg.        - 1782
182-183 KAAS J-Ado 1680-1750

X
LAUR C
1688-1764
364-365KAAS J-Hubert

X
MULLER M-C

          
8.9  JACOB Etienne 1827-1898
         né à Freyming   Ebeniste à Théding
                      x1860
         FORMERY Suzanne 1838-1922   née à Théding

18.19 FORMERY Christophe 1798-1872
              Théding
                  x 1822   SCHULER Anne Catherine 1799-
44.45 NAGEL Georges 1769-1858
                  x 1794 Tenteling
            HERGOTT Marguerite 1769- 1832
92.93  SCHMITT JEAN Nic.
                       x1772
             KLOCK Elisab.       -1816
 4.5 JACOB Joseph 1865-1925
       né à Freyming , ébéniste
                x   1895
       FORMERY Rose 1866 - 1948
10.11 FORMERY Guillaume 1829-
               x 1859 Tenteling
           NAGEL Madeleine 1834-1887
20.21 FORMERY JeanPierre 1793-1867

                  x 1817
           LAUER Marguerite 1796-1876
46.47 SCHMITT Nicolas 1780-1846
                x
            HERGOTT Anne Marie 1771- 1825

94.95 HERGOTT Jean 1734-1813
                     x 1759
            FRITZ Elisab. 1736- 1806
2.3  
22.23 NAGEL Jean Nicolas 1798-1872

                  x 1823
            SCHMITT Elisabeth 1799-1854
6.7 GREFF Nicolas  1875-1954
      né à Cadenbronn, cultivateur
                 x  1902
      KLAM Marie 1875-    
12.13 GREFF Jean 1836-1902
           né à Cadenbronn
                x 1873
            WEISSLINGER Madeleine 1844-
24.25 GREFF Jean 1802-1862
                   x 1825
            MAYER Barbe 1803-1884
48.49 GREFF Jean Nicolas  1773-1856
                x 1800 Etzling
            WEBER Marguerite 1785-1831
96.97 GREFF Jean  1729-
                 x 1759
            RIFF Anne M  1734-1800
               Cadenbronn
192.193 GREFF J-Adol
      1695-1766
X 1718 Biving
   HERGOTT A-M
    1699-1767
384-385GREFF J-Nic
       16..-1719
X 1690
       MOHR Elisab
     16..-1728 biving
768.769GREFF Stephen

X  vers 1667
       ...... Anna
14.15  KLAM Jean 1848-
            né à Bousbach       epicier
                  x  1873
            SCHWARTZ Anne Catherine 1850-1877
26.27 WEISSLINGER Nicolas 1807-1886
                        Cadenbronn
                 x   1833 Folkling
            GREFF Madeleine 1813-1889
                   Gaubiving
50.51 MAYER Pierre   1768-          Spicheren
                x 1782 Kerbach
            GREFF Anna     1761-

98.99 WEBER Jean   Etzling
                  x 1754  Alsing
             WEYLAND Anne Cath
28.29 KLAM Gaspard 1809-1882
                 x 1846 Tenteling
           FORMERY Marguerite 1825-
52.53 WEISLINGER Antoine      - 1832
                 x   1797
             SIEBERT Marguerite 1778-
100.101MAYER Barthelemy
                   1734-1811
                 x
               KARMANN Eve 1739-1806
30.31 SCHWARTZ Jean 1821-1852
                  x 1848
            SCHULER Anne Marie 1818-1894
              Tenteling
54.55  GREFF Guillaume 1773-1854
                  x 1798 Folkling
             SCHWARTZ Eve  1780- 1833  Biving
102.103 GREFF J Nicolas 1732-1806
                  x1756
                WARY Anna   Grosblieder.
                                     - 1806
56.57 CLAM Jean 1772-1833  
           x an IX
            KLESSE Marguerite      -1848
104.105 WEISLINGER Jacques
                  1725-1806
                     x1755
                KLOCK B  1724-1806
58.59  FORMERY Jean  (idem 20)
              x 1817
            LAUER Marguerite (idem 21)
106.107 SIEBERT P          -1803
                      x 1765
                STARCK Elisab 1746-1812

60.61 SCHWARTZ Pierre 1792-1851
               x 1815   NAGEL C
               xx          BECKER Elisabeth 1791-
108.109 GREFF Guill.     Biving
                   1738-1820
                       x 1765 Théding
                MULLER Eve 1747-
62.63 SCHOULER jean 1783-1858
                x1808
            HERGOTT Anne Marie 1789-1857
110.111 SCHWARTZ J-Georges
                     1755 Cocheren
                         x1788
               GREFF A-M 1756-  Cocheren
112.113 KLAM Jean    charron
                1738-1811
                          x 1761
                GORIUS Suzanne
                     1739-1830          91ans
114.115 KLES Pierre     -1789  45 ans
                            x1765
               SIMON Marguerite
                1744-1809  sage-femme
116.117 FORMERY Jean
                       x 1792
               EGLOFF Eve
118.119   LAUER Pierre
                        x 1782
                 GREFF Marg.
120.121  SCHWARTZ Nicolas
                 1749-1807  cordonnier
                           x 1775
                 HOULLE Marg. 1753-
122.123  BECKER He  1754 -1817
                           x 1783  Cadenb.
                 ZECK A-Elisab     - 1821              
124.125  SCHOULER Jean 1755-1813
                           x1784
                 HOULLET M-Elisab.1749-
126.127 HERGOTT Jean  aubergiste
                             x 1785
           EGLOFF A-M  1762-    Kerbach                        à suivre
NAGEL, Bernard
Naissance : 15 août 1662 à Oberriedt, Tirol, Autriche
Décès : vers 1696
Occupation : de Langenfeld / Tyrol
Famille:
Conjoint:
WEBER, Catherine
Naissance : vers 1660
Décès : vers 1696 à Ebring (Tenteling), Moselle, France
Parents:
Père: WEBER, Clément
Mère: THILL, Anne
Enfant(s):
NAGEL, Jean Georges


WEBER, Clément
Décès : vers 1721 à Ebring (Tenteling), Moselle, France
Occupation : échevin
Famille:
Conjoint:
THILL, Anne
Décès : après 1723
Parents:
Père: THILL, Théobald
Mère: KAAS, Catherine
Enfant(s):
WEBER, Jean Philippe
WEBER, Anne Catherine
WEBER, Catherine
WEBER, Jean André
WEBER, Jean
WEBER, Angélique
WEBER, Marguerite
WEBER, Simon


THILL, Théobald
Naissance : vers 1608
Décès : vers 1699 à Ebring (Tenteling), Moselle, France
Famille:
Conjoint:
KAAS, Catherine
Naissance : vers 1616
Décès : vers 1705
Parents:
Père: KAAS, Nickel
Mère: HEINEN, Anne
Enfant(s):
THILL, Christophe
THILL, Anne
THILL, Jean André
THILL, Suzanne
THILL, Marguerite
THILL, Catherine
THILL, Eve
THILL, Barbe

KAAS, Nickel
Occupation : de Tenteling
Parents:
Père: KAAS, Claus
Mère: ??, Anne
Famille:
Conjoint:
HEINEN, Anne
Enfant(s):
KAAS, Catherine
KAAS, Tillman
KAAS, Jean
KAAS, Wolff

KAAS, Claus
Naissance : avant 1560
Décès : après 1630
Occupation : cabaretier, maire de Tenteling
Famille:
Mariage: 11 juin 1610 à Sarreguemines, Moselle, France
Conjoint:
??, Anne
Enfant(s):
KAAS, Nickel
KAAS, Jean
KAAS, Angélique    
une lointaine cousine : Patricia Kaas ???            
il semblerait bien que oui....      
Article paru dans le Républicain Lorrain, journal local , de Stiring-Wendel, du 06/07/08

Patricia Kaas, fille de l'Est


Née à Forbach dans une famille de sept enfants, d'un père français et mineur de fond et d'une mère allemande, Patricia Kaas a grandi à Stiring-Wendel.
On sait qu'elle a commencé très jeune à donner des concerts, interprétant des chansons de Sylvie Vartan, de Claude François ou de Mireille Mathieu, mais aussi des tubes américains tels que New York, New York ou Just a gigolo. Elle a ensuite travaillé dans un cabaret de Sarrebruck, où elle a été remarquée par Gérard Depardieu, avant de travailler avec Didier Barbelivien, qui lui offrira, en 1987, Mademoiselle chante le blues, ressortie d'un tiroir pour l'occasion. Une star était née, qu'allaient bien vite consacrer les Victoires de la Musique.
Une star qui est bien de chez nous, puisqu'issue d'une vieille famille mosellane, que l'on voit autrefois établie à Téting et plus anciennement à Tenteling, où l'on peut remonter dans son arbre généalogique jusqu'à un certain Nickel Kaas ­ Nickel étant évidemment une simple variante du prénom Nicolas. Un aÏeul qui est cabaretier en même temps que maire du village et qui peut être l'ancêtre de la plupart des porteurs du nom habitant aujourd'hui la région. On recense en effet en France environ [U]100 foyers le portant, dont la moitié habite la Moselle, autant de personnes qui ont donc toutes les chances d'être réellement des cousins plus ou moins lointains de Patricia.[/U]

Etymologie : ce patronyme était à l'origine un simple diminutif du prénom Lucas (comme Baud était celle de Thibaut ou Naud d'Arnaud). Un processus très classique, consistant à ne garder que la dernière syllabe du prénom, que les spécialistes nomment une aphérèse.




 la tombe de Etienne Jacob sur le cimetière de Théding encore bien  entrtenue par un de ces petits fils encore en vie (Pierre Clément) cousin de
mon père.
1 cousin et 1 cousine d'Etienne Jacob( Pierre né 12/8/1818) et anne-marie(née le 8/4/1823) jacob) ont émmigré aux Etats-Unis(enfants de son oncle Joseph JACOB)


MOI QUI PENSAIT QUE TOUT LES GREFF ETAIENT ESTES DANS LE STEINHARD AUTOUR DE BEHREN.....

IL SEMBLERAIT QUE NON : A PREUVE CE MAIL DE Mr Derentiger de Remiremont   :
bonjour a la recherche de mes ancetres Bock muller flauder lauer francois riss e ; starck scharwtz siebert grandjean kaas hauer de Hambach Nousseviller roth ippling j ai decouvert que nous avions des ancetres en commun a savoir Nicolas Lauer epoux de anne catherine Starck dont de votre cote pierre lauer 1721 et de mon cote sa soeur anne catherine lauer epouse de jean flauder : d autre part mon arriere grand oncle philippe bock s est marie avec anne marie greff fille de pierre greff mon ar grd pere s etant associe avec son cousin du cote greff ceux ci avaient fonde la brasserie Bock Greff a saint nicolas de port 54 etant jacky derendinger ne le 27/02/1948 a joeuf epoux de monique Gehin dommicilies a remiremont ; je suis le fils de jeanne bock nee a nancy 1921 son pere andre ne a ge r beviller 1876 ; son grand pere andre ne a woustviller 1838 ; les ancetres etaient installes depuis plusieurs generations en moselle ceux ci venaient de baviere genealogiques salutations

 Notaire          d'apres le registre paroissial de FReyming ,retranscrit par Victor FORMERY

Les notaires sont des officiers publics chargés de dresser les actes et contrats auxquels on veut donner un caractère d'authenticité.
On distinguait autrefois les notaires des tabellions.
Les premiers écrivaient les minutes et les contrats, les seconds les gardaient et en délivraient les "grosses" ou expéditions.
Ce n'est qu'en 1560 que les charges de notaires et de tabellions furent réunies et, en 1597, Henri IV alla plus loin encore : il supprima les offices de tabellions, garde-notes et garde-scels pour faire partie intégrante de ceux des notaires.
On distingait également les notaires royaux des notaires seigneuriaux.
Ces derniers ne pouvaient recevoir de contrats, testaments, etc. que dans l'étendu de la seigneurie, et ne pouvaient dresser acte que pour les personnes y ayant leur domicile.
Les notaires royaux, ainsi nommés parce qu'ils excerçaient en vertu de "provisions" (lettres de nomination délivrées par le roi), jouïssaient du droit de suspendre les armes de France au-dessus de leur porte, privilège qui remontait à Charles VI et qui les mettait sous la protection spéciale du roi. C'est à l'origine des panonceaux.
Ne pouvaient être reçus notaires que les candidats âgés d'au moins 25 ans, sauf dérogation royale. Après l'obtention de son office, le futur notaire royal faisait l'objet d'une enquête de vie et de moeurs : seuls les catholiques pouvaient exercer cette fonction.
Les notaires qui portaient le titre de "notaire royal et apostolique" avaient le privilège de recevoir exclusivement les prises de possession de bénéfices et autres actes ecclésiastiques.
Les anciens offices se donnaient à ferme (location par bail) ; à partir de la réforme de 1597, ils furent héréditaires et le roi se réserva la nomination des titulaires. Dès lors, les notaires royaux eurent la propriété de leur charge, et le droit de la vendre, en soumettant leur successeur à l'investiture royale.
De nombreux offices ont été créés au cours des siècles, qui recoupaient les fonctions des notaires à qui on proposait le rachat de ces offices. Ainsi furent créés les charges de "certificateurs de tous actes excédant 100 livres passés par des gens ne sachant ni lire ni écrire" en 1627, de "greffiers des inventaires" en 1639, de "notaires greffiers, enregistreurs de sentences arbitrales, contrats de vente, actes de perpétuité" en 1655, de "notaires greffiers des arbitrages et conventions" en 1673, de "trésorier de communauté" en 1696, de "notaires arpenteurs priseurs de terres" en 1701, de "notaires syndics pour signer en second les contrats et actes" en 1706, de "garde des archives des offices à bourse commune" en 1709, etc.
Les notaires ne se renfermaient pas toujours dans les attributions de leur office. Certains d'entre eux étaient en même temps greffier, procureur, secrétaire de communautés de fabrique, intendant de famille noble, receveurs de rentes, etc.
Les municipalités des petites communes rurales n'avaient pas toujours de maison communale pour se réunir, ni de registre pour y inscrire leurs délibérations. Les réunions dans ce cas, avaient lieu le dimanche à l'issue de la messe.
Le notaire, averti, arrivait avec ses papiers et son écritoire, les notables et autres habitants se rassemblaient devant le portail de l'église et délibéraient sur la question à l'ordre du jour.
Une fois la décision prise, le notaire rédigeait l'acte d'assemblée que les habitants signaient, quelquefois au nombre de 15, 20 ou plus, et l'acte restait déposé dans le minutier du notaire.
Ces assemblées avaient pour sujet des érections de chapelles, l'entretien de l'église, le partage des biens communaux, des contestations entre le curé, le seigneur, et les habitants, des nominations de garde-forestier, etc.



VOLMUNSTER
Le bourg de Volmunster est mentionné au XIe siècle, sous la forme de Volmonstre, qui évoluera en " Wilmunster ", du nom d’un homme germanique Willo et du substantif Munster, monastère. Volmunster à été à la tête d’une vaste paroisse de l’archiprêtre de Hornbach jusqu’à la Révolution. Aujourd’hui encore, le village est siège de l’archiprêtré. Son église ravagée au cours de la Seconde Guerre Mondiale, fut reconstruite de 1957 à 1960 d’après les plans de Roger Sarraihl, architecte à Bitche. Le village joue aujourd’hui un rôle de première importance, au sein du canton de Volmunster, puisqu’il en est le chef-lieu.


 HÉRÉSIES ET ABJURATIONS
AUTOUR DE VOLMUNSTER
AU 18ème SIÈCLE
d'après :
http://www.fabschneider.com/schneider/Fabrice/page_127.htm
d'après les registres paroissiaux de Volmunster
Le curé de Volmunster indique au moins 6 abjurations (des calvinistes ou luthériens ayant embrassé la foi catholique), tous sont originaires d'ailleurs, la région étant catholique:
1) le 21.9.1735 : Jean Léonard (Bernard?) KESSELER, luthérien, célibataire, fils des feux Nicolas KESSELER et Elisabeth SCHLEDEN, du Palatinat.
2) le 26.4.1739 : Nicolas BICHI, calviniste, fils des feux Michel BICHI et Anne Marie STROIN ?, de Bischdorf, Sarrebruck. (témoins: Nicolas STAUDER, maire - Jean Henri THOMAS - Jean LEON, vicaire - Jean HENNIUS - Jean François THOMAS, prêtre de Volmunster)
3) le 10.10.1739 : Madeleine DALLEM, luthérienne, célibataire, née à Sarrebruck, Nassau. (témoins:Jean LEO vicaire, Jean Guillaume THOMAS, sous diacre,Jean Adam SOHN, maître d'école, Jean HENNIUS)
4) le 28.12.1743 : Jean Cornélius BARD, 17 ans, calviniste, fils de feu Jean Wilhelm BARD et feue Catherine MOCKIN de Hanau
5) le 31.1.1759 : "nous soussignés prêtre, curé de Volmunster, avons donné l'absolution de l'hérésie de Luther à Marie Barbe KELLER*, âgée de 77 ans, natif de Gemmingen, principauté de Wurtemberg, femme d'André GROS, berger à Dollenbach, de laquelle hérésie elle a fait abjuration entre nos mains comme de toutes autres contraires à la religion catholique, apostolique et romaine, de laquelle elle fait aujourd'hui profession et qu'elle a embrassée jurant de vouloir en elle vivre et mourir...."
*Marie Barbe KELLER étant morte peu après, le 8 mars 1759 à Dollenbach, on peut aisément supposer que sa conversion soit liée à son décès prochain.
6) le 14.6.1761 : "nous soussignés prêtre, curé de la paroisse de Volmunster, avons donné l'absolution de l'hérésie de Luther, muni de la permission de monsieur Majainville, vicaire général du diocèse en date du 16 mai à Catherine GREMMIN*, âgée de 29 ans, natif d'Ottweiler, comté de Sarrebruck, femme de Jacob LAPORTE**, habitant, manœuvre à Volmunster, comme de toutes les autres contraires à la religion catholique, apostolique et romaine qu'elle a professée et embrassée ce jourd'hui promettant et jurant sur le Saint évangile de vivre et mourir en icelle, la présente abjuration reçue dans l'église de Volmunster en présence de messieurs joseph, baron de Juncken, seigneur de Weiskirch, Jacobs, notaire royal et Thomas Welfringer, vicaire à Volmunster"
* ou Catherine Blandine KREMIN
** Jacques LAPORTE, à la naissance ou au décès de ses enfants, est aussi dit "soldat au régiment de Bertinguy, compagnie de Toubis" ou "soldat au régiment royal de Deux Ponts"

je remercie  Fabrice Schneider , grace à lui j'ai cette trace de vécu d'un si lointain parent ( l'arrière grand-père de mon arrière
grand-père Etienne Jacob)
Fabrice Schneider est originaire du pays de Bitche mais vit actuellement au Québec ; il m'a donné quelques autres informations
concernant ce personnage :
Il est cité à Volmunster au moins à partir de 1757 où nait une de ses filles Anne Marie Thérèse JACOBS le 15 mars, qu'il a eu de Thérèse TOUSSAINT (ses parrains sont : Jean Joseph BRUCKS et Anne TURIFEX)
Il est cité donc lors de l'abjuration de 1761 que je note sur mon site.
On le retrouve le 30.11.1762 mentionné comme parrain de la cloche de la chapelle St Croix d'Ormersviller.
Puis naissent encore à Volmunster deux enfants:
Marie Joséphine Christine JACOBS le 4.6.1766 (ses parrains sont: François Joseph DURAND, notaire et procureur au bailliage de Bitche & Anne Christine ROUUPÉ, veuve de PERNET, demeurant à Volmunster)
Arnould Charles Etienne JACOBS le 7.9.1770 (ses parrains sont: Arnould Etienne CLAUDE, avocat à la cour exercant au bailliage de Sarreguemines & Damoiselle Marguerite BEAUSON, tous 2 de Sarreguemines).
En dehors de l'autre fils (JACOBS Jean Népomucène Philippe né en 1745)
                               dont vous descendez d'après ce que je peux lire sur votre site, il aurait sans doute eu encore au moins 2 enfants:
Marguerite JACOBS, qui a eu une fille naturelle, Barbe, née le 25.3.1769 à volmunster
Christine JACOBS, qui a épousé le 2.6.1796 à volmunster Martin FRISCHMAN, instituteur et chantre de Volmunster.
http://www.fabschneider.com/schneider/Fabrice/page_20.htm


Freyming à travers les âges.
Epoque gallo-romaine.
De nombreuses antiquités gallo-romaines furent trouvées sur le territoire de la commune, entre autres :
- un temple près de la source sacrée
- une stèle représentant la déesse gauloise de Sirana
- un vase et une statuette en bronze représentant le dieu Mercure
- un bas-relief de Vénus
- une multitude de pièces de monnaie à l'effigie des empereurs
romains successifs.
Moyen âge
En 1347, le fief de Tiers-Forbach est détenu par Jean de Forbach. Par mariage, il fut légué à Jean, Seigneur de Créhange. Un descendant, Pierre-Ernest, fonda le village de Freimengen (Mengen: nom de la forêt avoisinante, Frei: franc). Le 20 septembre 1602, "Freimengen" obtient son statut de village libre. Il est alors exempté de taxe sur le tabac et le sel.
Temps modernes
Au 18è siècle, les habitants des terres de Freyming restent avant tout laboureurs. Mais on peut noter la présence de divers métiers comme tisserands, tailleurs, cordonniers, cochers, colporteurs, maçons,bergers et forgerons. Avec l'exploitation industrielle de la mine, le village change:
- 1844: 633 habitants * 1905: 840 habitants * 1910: 3585 habitants.
Cette évolution rapide de la population est due à la construction de 4 cités pour héberger les ouvriers-mineurs.

                                                                                         



RIEN A VOIR ... QUELQUES "JACOB" CELEBRESmon oeil !










 C'est à la Jacob's Pharmacy d'Atlanta (USA) que fut vendu le premier verre de Coca-Cola


L'histoire de la marque Coca-Cola de 1880-2000 (copie du site officielle
   Tout a commencé en mai 1886 à Atlanta. Le Dr John Sith Pemberton, pharmacien, cherchait un remède contre la fatigue et c’est ainsi qu’il a conçu une potion médicale au goût agréable. L’histoire  ne dit pas si l’eau gazeuse est volontairement mélangée au nouveau sirop. Dans tous les cas, la fameuse boisson « délicieuse et désaltérante » vient de naître.Au début, il "distribue" le Coca-Cola en le transportant dans un pichet dans la rue pour l’amener à la Jacob's Pharmacy. Pour cinq cents, les consommateurs peuvent boire un verre de Coca-Cola à la fontaine de soda. Cette année, les ventes de Coca-Cola s’élèvent en moyenne à neuf boissons par jour. Le partenaire et comptable du docteur Pemberton, Frank M. Robinson, suggéra le nom et calligraphia "Coca-1892 : Déjà à cette époque, des calendriers, des montres, des boîtes et autres gadgets participent à la promotion du produit.
la fameuse "soda fontaine"
1893 : Le nom et l’écriture de la marque "Coca-Cola" sont déposés auprès de l’U.S. Patent and Trademark Office le 31 janvier 1893.

1894 : Jusqu’à présent, le Coca-Cola est un sirop que les buvettes, tavernes et restaurants mélangent à de l’eau gazeuse. Mais Joseph A. Biedenharn, confiseur du Mississippi, recherchait un moyen de servir ce breuvage rafraîchissant lors de pique-niques. Il commence à proposer du Coca-Cola en bouteille, en utilisant du sirop acheminé depuis Atlanta

1895 : Chaque Etat et chaque territoire des Etats-Unis boit désormais du Coca-Cola." - Asa Candler

1898 : L’entreprise déménage dans ses nouveaux bâtiments d’Atlanta, situés Edgewood Avenue et College Street. Très vite, on appelle cet endroit « chez Coca-Cola ».

1899 : Suite au constat que trop souvent des capsules sautent, les droits d’embouteillage sont vendus.L’embouteillage à grande échelle devient possible lorsque Asa Candler accorde l’exclusivité des droits d’embouteillage à Joseph B. Whitehead et à Benjamin F. Thomas de Minnesota, pour un dollar.C’est le début d’une formule commerciale efficace qui aujourd’hui encore demeure la base du fonctionnement de l’entreprise : The Coca-Cola Company fabrique le sirop et le vend à des sociétés d’embouteillage indépendantes qui de par leur connaissance et leur perception du marché local, sont plus à même de répondre à leurs besoins. En vingt ans, le système d’embouteillage régional s’agrandira et réunira 1000 embouteilleurs, avec des unités à Cuba, à Porto Rico, au Panama, aux Philippines et au Guam.

1915 : Le goût et l’attrait de Coca-Cola suscitent de plus en plus la convoitise. A cette époque, les bouteilles utilisées par les entreprises de l’industrie des soft drinks sont très semblables. Coca-Cola compte plusieurs contrefacteurs, que les consommateurs n’arrivent pas à différencier tant qu’ils ne l’ont pas goûté.
Mais, comment se démarquer de ses concurrents et créer un produit reconnaissable entre tous ?
La réponse est dans la création d’une bouteille distincte, une bouteille que tout le monde reconnaîtra, même dans la nuit. C’est ainsi qu’est née l’authentique bouteille de Coca-Cola à la forme désormais connue dans le monde entier et conçue par la Root Glass Company de Terre Haute, Indiana. Elle remplace la bouteille aux côtés droits, conférant ainsi à Coca-Cola un avantage distinct sur ses imitateurs au niveau du conditionnement.

1919 : The Coca-Cola Company est rachetée au prix de $25 millions par Ernest Woodruff, banquier d’Atlanta, et un groupe d’investisseurs. L’action de l’entreprise valait au départ $40. La valeur actuelle de cet investissement initial élevait fin 1998 à près de $6,7 millions (en présumant que tous les dividendes aient été réinvestis)

1920 : The Coca-Cola Company implante sa première usine européenne en France.

1923 : Robert W. Woodruff, fils d’Ernest Woodruff, devient président de The Coca-Cola Company. Il maintient la suprématie de l’entreprise pendant plus de 60 ans et contribue à l’immense succès mondial de Coca-Cola.

1928 : Le volume des ventes des bouteilles dépasse celui de la vente à la pression. Coca-Cola est présent aux J.O.. 1000 caisses de Coca-Cola y accompagnent les athlètes américains.

1929 : « The Pause that Refreshes » (la Pause qui Rafraîchit).
Avec l’apparition du réfrigérateur, on peut enfin servir le fameux breuvage glacé.
Le marché est élargi grâce aux distributeurs automatiques placés dans des usines, des lieux de travail et établissements scolaires.
Soixante-quatre unités d’embouteillage sont réparties dans 28 pays, pour rafraîchir le monde entier. Cette année aussi, le verre fontaine est adopté en standard et "The pause that refreshes" fait sa première apparition dans le saturday Evening Post.

1931 : Le personnage du Père Noël tel qu’on le connaît encore aujourd’hui voit le jour sous le crayon de Haddon Sundblom.

1933 : Lors du Salon Mondial de Chicago, le distributeur automatique de limonade est présenté. Il permet au personnel du bar de toujours servir un savoureux Coca-Cola bien frais.

1936 : The Coca-Cola Company fête ses 50 ans.

1941 : Robert Woodruff déclare : « Je veux que chaque homme en uniforme puisse avoir sa bouteille de Coca-Cola pour 5 cents, où qu’il soit et quel que soit le coût de l’opération.
Résultat : 64 unités mobiles d’embouteillage sont acheminées vers les zones de combat (environ 5 milliards de bouteilles remplies).

1942 : It's the Real Thing" est utilisé pour la première fois dans les publicités Coca-Cola. Le 25 décembre, The Coca-Cola Company, en coopération avec les départements de la Guerre et de la Marine, sponsorise une émission radiophonique spéciale de 12 heures vers plus de 142 stations. Intitulé "Uncle Sam's Christmas Tree", le programme présente 43 orchestres populaires en direct de 43 bases militaires dispersées sur le territoire américain.

1943 : Le 29 juin, le Général Dwight Eisenhower envoie un câblogramme demandant un envoi de 3 millions de bouteilles de Coca-Cola ainsi que l’équipement complet pour l’embouteillage, le lavage, le remplissage et l’encapsulage, deux fois par mois.

1944 : Le slogan "Global High Sign" est développé. Et le soir de la Saint-Sylvestre, le Sergent William DeSchneider de Hackensack, New Jersey, gagne une bouteille de Coca-Cola au tirage au sort. La tombola, à 25 cents le ticket de participation, permet de récolter la somme de 4000 USD environ, soit l’équivalent de 80 000 bouteilles de Coca-Cola.

1945 : La dénomination "Coke" est enregistrée comme marque déposée auprès de l’US Patent and Trademark Office.

1950 : Coca-Cola se lance dans la télévision et sponsorise le premier show télévisé en direct avec comme vedette, le ventriloque Edgar Bergen et son partenaire Charlie McCarthy

1955 : Les forces armées casernées à l’étranger créent les boîtes métalliques.
Les bouteilles de taille familiale et de taille géante de 10, 12 et 26 onces (l'équivalent à peu près de 30, 33 et 75 cl) sont introduites avec un succès immédiat. Et Fanta, une boisson à la saveur d’orange, est lancée à Naples, Italie. Le nom est ensuite devenu la marque d’une série de boissons aromatisées vendue dans le monde entier.

1960 : On trouve les boîtes métalliques dans toutes les grandes surfaces.Minute Maid devient une marque de The Coca-Cola Company.Fanta, aujourd’hui n°1 mondial des orangeades et n°3 des boissons rafraîchissantes, est lancée en Allemagne.

1961 : Lancement de Sprite, boisson aromatisée au citron vert.

1969 : Retour triomphal du slogan « It’s a Real Thing ».

1971 : Des jeunes du monde entier se rassemblent en Italie, au sommet d’une colline, pour chanter « I’d like to buy the world a Coke ». C’est la pièce maîtresse d’une campagne publicitaire mondiale et elle reste gravée dans bien des mémoires.

1977 : La bouteille à la forme si particulière est reconnue en tant que marque par l’U.S. Patent and Trademark Office, un honneur accordé à peu d’emballages.

1981 : Roberto C. Goizueta est élu président du Conseil d’administration et directeur général de The Coca-Cola Company. Il dirigera la Company pendant seize ans.

1982 : The Coca-Cola Company introduit le Diet Coke sur le marché américain. Et le thème "Coke is it!" est traduit et adapté pour toucher les consommateurs dans le monde entier étant donné que le slogan est lancé au niveau international.

1985 : Coca-Cola change de goût aux Etats-Unis et au Canada.
Résultat : les consommateurs montrent un regain d’intérêt sans précédent pour la formule d’origine. Dès juillet, l’entreprise reprend la formule de base en la baptisant Coca-Cola Classic.

1986 : L’entreprise a 100 ans. Deux importantes sociétés américaines d’embouteillage s’allient pour constituer la société Coca-Cola Enterprises. A terme, cette nouvelle entité sera amenée à gérer les installations d’embouteillage de plusieurs pays d’Europe dont la Grande-Bretagne, la France, les Pays-Bas et la Belgique.

1988 : Un sondage international confirme que Coca-Cola est la marque la plus connue et admirée au monde.

1990 : World of Coca-Cola, une attraction présentant Coca-Cola de façon historique et futuriste ainsi qu’une occasion de rassembler des produits de The Coca-Cola Company du monde entier, est inauguré à Atlanta.

1996 : Coca-Cola sponsorise les Jeux Olympiques d’été d’Atlanta (Géorgie), sa ville natale

1997 : Ouverture à Las Vegas de l’attraction « The World of Coca-Cola ».Coca-Cola sponsorise les Jeux Olympiques d’hiver de Nagano (Japon).

1998 : Plus d’1 milliard de Coca-Cola vendus par jour à travers le monde.Coca-Cola sponsorise la Coupe du Monde de Foot en France.

2000 : Coca-Cola sponsorise les Jeux Olympiques d’été de Sydney (Australie) ainsi que l’Euro 2000.Pour le nouveau millénaire, Coca-Cola est relooké. La nouvelle image reflète la fraîcheur et le dynamisme de son produit fétiche. Les emballages présentent maintenant une Bouteille Contour dont la capsule saute pour laisser jaillir la boisson. Le message insiste sur la fraîcheur et le goût inimitable.La publicité « Coca-Cola Enjoy » est rythmée par des musiques pétillantes provenant de tous types de cultures.




















LE QUERCYNOIS GUILLAUME JACOB,
PROFESSEUR DE MÉDECINE
DANS L'ESPAGNE DU XVIIIè SIÈCLE
Le XVIIIème siècle est marqué en Espagne par des progrès considérables des sciences médicales et chirurgicales, par rapport au siècle précédent. A l'avènement du roi Philippe V, petit fils de Louis XIV, arrivent en Espagne des chirurgiens étrangers, parmi lesquels de nombreux Français de la Faculté de Montpellier particulièrement prisés (l).
A l'aube de ce siècle, des médecins sévillans, face à la médiocrité de la chirurgie héritée du XVIIème, s'informent des progrès de la science en Europe et dans le but d'améliorer les études à Séville rédigent des Ordonnances et créent un cercle qui reçoivent l'approbation de Philippe V à Barcelone le 1er octobre 1701. Dès lors naît "la Société Royale de Médecine et autres Sciences de Séville" (2).
A la même époque se fait jour à Cadix, sous l'impulsion du Français Jean de Lacombe, chirurgien major de l'Armada, un mouvement de rénovation de la chirurgie qui, étayé ensuite par Pedro Virgili, donnera naissance en 1748 à l'Ecole de Chirurgie de Cadix (3).
Guillaume Jacob* :
Né à Castelnau Montratier en Quercy en 1699, il est le second enfant de Guillaume Jacob, notaire royal et de Marie Cayla. La famille comptera cinq enfants, dont quatre garçons ; le père meurt en 1713, le plus jeune fils Joseph est âgé de 5 ans (11). C'était une famille aisée comme en témoigne le testament laissé par le dernier survivant, Pierre, en 1777 (6). On retrouve la trace de Guillaume Jacob à la Faculté de Médecine de Montpellier où il est immatriculé le 1er juillet 1724, obtient son baccalauréat le 12 mai 1728, est licencié le 6 septembre 1728 et fait Docteur Ordinaire en 1729 (7).
L'Anatomiste :
La Société Royale de Séville considère l'enseignement et la pratique de l'anatomie d'importance capitale pour la médecine et la chirurgie de l'époque (4).
D'après les documents concernant les professeurs d'anatomie de la Royale Société (4), Florencio Kelly inscrit à la société le 3 novembre 1701 exécuta les premières dissections et autopsies ; lui succéda le Français Blas-Beaumont de l'Académie Royale de Paris, chirurgien du roi Philippe V et de l'Hôpital Général de Madrid ; entré à la Société le 17 novembre 1729, il exerça pendant trois ans sa fonction d'anatomiste ; se sentant fatigué en 1732, il demande à la Société de trouver un remplaçant. Le Dr Cervi de Parme, médecin d'Isabelle de Farnèse épouse du roi Philippe V d'Espagne, nomme Guillaume Jacob (5).
Notre compatriote est inscrit dans les registres de la Société Royale de Médecine le 4 octobre 1732 4 ; il reçoit dès le mois d'octobre le salaire de 400 ducats (2).
Au mois de décembre il fit une démonstration sur l'anatomie de l'œil, mais ne commença ses cours que l'année suivante.
Les démonstrations ont lieu dans l'amphithéâtre de l'Hôpital de l'Amour de Dieu (2).
Comme va nous le montrer le compte rendu de la première séance, un nombre considérable de personnes, par intérêt scientifique ou par curiosité, souhaitait assister aux leçons (5).
"Déroulement de la première leçon : le 11 février 1733, Don Diego Gaviria, vice-président de la Société, lut sur la division et subdivision du corps humain, téguments, hypoderme et muscles de l'abdomen. La lecture terminée, notre anatomiste Guillaume Jacob fit sur le cadavre la démonstration des mêmes parties. Ainsi se termina la séance. Le jour précédent, dans tous les lieux publics de la ville et des alentours, des affiches avaient été apposées. A la porte de l'hôpital deux soldats montaient la garde, informaient les gens, évitaient le désordre dû à l'affluence et se demandaient s'ils poseraient des affiches les jours suivants (2)". Les séances des sujets traités se succédèrent dans l'ordre ci-dessous :
12 février : péritoine, vaisseaux ombilicaux et épiploon*, estomac, intestin et mésentère*,
20 février : foie, vésicule biliaire, rate, capsules surrénales, reins et vessie,
21 février : organes sexuels de l'homme,
22 février : seins, poitrine et plèvre, médiastin*, péricarde et cœur,
23 février : poumons, trachée-artère et muscles du larynx,
24 février : la tête : téguments, poils, cheveux, péricrâne, dure-mère et pie-mère*, cerveau et cervelet, moelle épinière et origine des nerfs crâniens,
25 février : les organes des sens,
26 février : les muscles de la respiration ; épaules, bras et avant-bras, poignets et doigts,
28 février : le chyle, la circulation du chyle, le canal thoracique, sur l'animal vivant, un chien. Guillaume Jacob présentait les différents organes sur le cadavre, excepté dans cette dernière leçon. Ainsi se terminèrent les cours d'anatomie (2).
Le 7 mai 1733 on demande à l'Hôpital de l'Amour de Dieu de faire savoir quand il y aura un cadavre disponible pour commencer les dissections. Des affiches sont apposées pour annoncer le jour où ces séances auront lieu.
Le 9 mai est annoncée l'opération de la paracentèse*, par Guillaume Jacob. Il explique en premier la maladie, ensuite fait l'opération, signalant tous les détails et préliminaires indispensables à pareille opération.
Le 13 mai, Guillaume Jacob fit l'opération de l'empyéme*, expliqua la maladie, ses causes, le pronostic, les symptômes, les remèdes.
Les séances de la Société sont suspendues comme d'habitude à partir du 21 mai (2).
Jacob est célibataire et vit modestement, loge dans la maison même de la Société Royale ; des documents expliquent comment ont été aménagées des pièces à son usage, en contrepartie, il doit organiser la bibliothèque et y mettre de l'ordre. Le Dr Jacob travaille au début avec enthousiasme, assisté du dynamique D. Arcadio pour des séances d'anatomie de qualité et d'intérêt reconnus. Il entretient d'ailleurs de très bonnes relations avec D. Arcadio, botaniste et pharmacien (5). A l'assemblée du 16 avril 1735, Guillaume Jacob propose d'aller à Paris au terme de ses vacances pour s'instruire des nouvelles opérations aussi bien anatomiques que chirurgicales, des nouvelles découvertes de l'Académie Royale il pourrait également se renseigner sur les meilleurs livres et les semences de végétaux, pour créer à Séville une bibliothèque et un jardin des plantes forts utiles, et aussi acheter tous les instruments indispensables aux exercices anatomiques ; en outre, il présente une lettre de Mr Jean Baptiste Legendre, médecin de la Chambre du Roy, adressée à Don Gaviria vice-président de la Société, qui, en accord avec Don José Cervi, président de la Société, considère cette démarche comme très utile (2).
Le 3 juin 1735 cette demande reçoit l'accord du bureau (2). Pour les achats on lui remet six mille quatre cents réales en argent 5.
L'Académie Royale de Séville, ex-Société Royale, conserve dans ses archives quatorze lettres écrites par G. Jacob ou les personnalités qu'il a rencontrées lors de ses séjours à Paris (2).
Les lettres : voyage et activité de Guillaume Jacob à Paris (2).
Il embarque le 22 juin à Cadix après huit jours d'attente dans cette ville, d'un bateau en partance pour la France. Il arrive à Saint Malo après huit jours de navigation. Nouvelle attente des messageries parisiennes, enfin le 1er août il est chaleureusement accueilli à Paris par M. Boyer. Guillaume Jacob écrit très régulièrement à Don José Gaviria y Léon, vice-président de la Société, pour lui faire part de ses démarches, de ses impressions, lui demander conseil et recommande de transmettre son salut à D. Arcadio ainsi que ses respects à son épouse Dona Maria. Il manifeste son étonnement "dans cette grande ville où il a du mal à s'orienter, il y a tant de monde, tant de voitures, tant de rues".
Ses démarches ne se font pas aussi rapidement qu'il aurait souhaité. Il a pu remettre à M.M. Boyer et de Jussieu académiciens et botanistes, les plantes dont on l'avait chargé, qu'ils ont fort appréciées, mais il n'a pu rencontrer à Versailles le Premier médecin du roi (probablement M. Chicoyneau), le roi étant à ce moment là à Petit-Bourg ; de même, une lettre à remettre à M. de Réaumur président de l'Académie Royale reste en attente plus de trois semaines, le président étant à sa maison de campagne.
Cependant, il a pu faire l'acquisition de 22 volumes des Mémoires de l'Académie Royale, trouvés d'occasion (toujours présents dans la bibliothèque de l'Académie Royale de Séville qui en compte maintenant 86) (5).
Mr Hunan, premier anatomiste de Paris, puisqu'on le dit plus expert que Mr Wislow, va lui procurer le meilleur connaisseur en instruments et le présenter à des docteurs de la Faculté, il compte aussi nouer d'autres relations grâce au ministre espagnol. Aux derniers jours du mois d'août, Jacob rencontre enfin M. de Réaumur qu'il va voir accompagné par M. Bernard de Jussieu. Il est reçu avec beaucoup d'amabilité, et la lettre a tant de succès que M. de Réaumur prie M. de Jussieu de conduire Jacob à la prochaine séance de l'Académie pour y être présenté et assister à la lecture de sa lettre.
Ils y arrivèrent à trois heures de l'après-midi, Jacob alla s'installer à une place réservée aux auditeurs, mais on vint le chercher pour le placer avec les sociétaires, face au directeur et aux membres honoraires. "M. Fontenelle, Secrétaire de l'Académie, commença la lecture de la lettre avec difficulté, les caractères étant un peu différents de ceux de France ; je dus m'approcher de lui pour l'aider. A la fin M. de Réaumur déclara que de tels échanges seraient très fructueux d'autant qu'on manquait de connaissances sur l'Espagne et ses Indes". G. Jacob reçut également les hommages de M. le Cardinal de Polignac, sociétaire, et de nombreuses questions lui furent posées concernant la société. La séance se poursuivit par la présentation d'un cœur qui conservait un trou de Botal fait dans la cicatrice du premier. Un autre académicien lut un mémoire sur un moulin à vent de conception nouvelle ; un troisième démontra une proposition* géométrique. Il fut encore fêté autant que les sociétaires, et à la sortie M. de Réaumur lui demanda si la Société sévillane consentirait à faire des relevés de températures avec un thermomètre très exact pendant les périodes les plus rigoureuses d'été et d'hiver.
Tout ceci est confirmé dans une lettre que M. Fontenelle adressa à la Société Royale de Séville.
Dans la suite de son séjour, peu facilité par M. Boyer, très occupé et qui souffrait d'un rhumatisme à l'épaule et au bras droit, il trouva une aide plus efficace auprès de M. de Jussieu ; il s'informe sur la constitution de l'Académie pour essayer de calquer la Société sur ce modèle; en outre il fréquente les hôpitaux et les écoles et tout ce qui peut contribuer à améliorer leur institution. Il se soucie également de faire valoir les qualités du président Don José Cervi et demande à D. Fernando de Trébino, Ambassadeur d'Espagne, de présenter une requête à M. de Maurepas afin d'obtenir une faveur pour le Président. Le Dr Cervi fut nommé "Académicien étranger" à la place du Dr Boerhaave décédé en 1738 ; la nomination arriva de Versailles datée du 20 mars 1739, signée par Maurepas (5).
Ce premier séjour semble se terminer en septembre, mais il a rencontré de nombreuses personnalités et en mai 1736, M. Bruzen de la Martinière adresse de La Haye, une lettre à Don Gaviria, pour lui proposer d'imprimer à ses frais un mémoire sur l'histoire de la Société. En juin 1736, Hans Sloane, Président de l'Académie Royale de Londres, propose un échange de correspondance entre les deux sociétés.
Guillaume Jacob est de nouveau à Paris en juillet 1736. Dans sa lettre du 29 juillet adressée à Don Gaviria, il annonce que M. de Jussieu frère aîné, offre à la Société l'œuvre de M. Morisson en échange de quelques livres d'Espagne. Toutes ses démarches ont pour but de valoriser la Société et de la faire reconnaître par toutes les Sociétés Savantes d'Europe.
Ayant appris par des Français que deux officiers de la Marine espagnole avaient fait de remarquables opérations géométriques très justes à Vera Cruz, il suggère au bureau de la société de les recevoir dans la Société Royale et d'imprimer à son compte leurs travaux pour en retirer quelque gloire.
M. Bruzen de la Martinière propose de dédier un volume de son Encyclopédie à la Société Royale de Séville ; l'Académie de Londre inscrit le Dr Cervi parmi ses membre. Malgré ces succès les dernières lettres de Guillaume Jacob sont pleine d'amertume. Le décès de M. Legendre l'affecte profondément ; c'était l'ami le plus sûr et le plus efficace ; il faisait acheminer son courrier vers l'Espagne par des messagers dévoués. Maintenant M. Gaviria ne reçoit plus régulièrement les lettres ; de son côté M. Boyer chargé des lettres adressées à Jacob oublie de les lui remettre. Jacob est déçu par " cette communauté qui a beaucoup de principes mais dont la réalité consiste plus en promesses qu'en actes ".
On peut être étonné du profond attachement de Jacob à la Société Royale, et à l'Espagne de laquelle il parle comme s'il en était originaire. Il n'en oublie pour autant sa famille et dans ses deux dernières lettres, prie le Président de bien vouloir intervenir auprès de ses relations pour "son pauvre frère le plus jeune" qui souhaiterait obtenir une place de garde du corps dans la Compagnie Flamande.
Le 2 août 1736 M. Chicoyneau, médecin du roi Louis XV, écrivait à la Société Royale de Séville à propos de Jacob (2) : "vous ne pouviez faire meilleur choix pour accomplir le désir louable d'enrichir la Société de tout ce qu'il y a à Paris ; déjà il a acquis et conservé le plus utile pour l'avancement et la perfection des sciences et des arts.
"J'avais déjà connu cet illustre Docteur au temps où il étudiait à l'Université de Montpellier et on pouvait déjà prévoir que nous aurions l'honneur de l'avoir élevé parmi nous ; il acquit très rapidement le talent nécessaire pour exercer la profession avec élégance et les applaudissements du public, de sorte que je ne suis pas étonné qu'il ait été généralement estimé et aimé de tous les illustres académiciens et personnalités que nous avons ici, pour sa science et son savoir, et que tous ont fait leur possible pour lui communiquer tout ce qui peut servir à réaliser votre noble et utile projet. Le seul regret que j'ai à ce sujet, est que mes obligations auprès de Sa Majesté ne m'aient pas permis d'être aussi utile que je l'eusse souhaité".
Retour à Séville (2).
Jacob reprend ses cours comme précédemment avec quelques changements de détails. De son voyage à Paris il résulta une démonstration, faite le 3 mars 1738, de la machine pneumatique qu'il avait achetée et le 10 mars, une séance préparée pour des observations au microscope dut être reportée, la journée très pluvieuse ne donnait pas assez de lumière.
En 1739 les séances de dissection sont interrompues, Jacob est chargé d'accompagner le comte de Marsillach, de Malaga à Madrid.
Au cours de cette même année, quelques personnalités de la Royale Société déclarent l'anatomie inutile à la médecine et à la chirurgie, "un écrit injurieux" est publié contre cet art ; des médecins de la Faculté de Halle nient l'utilité de l'anatomie pour le médecin (4).
Aussitôt la Société réagit à pareille calomnie et publie un manifeste signé des plus grands médecins et chirurgiens de la Cour et de la Société Royale (4).
Jacob fut chargé de réaliser une expérience assez curieuse, telle qu'elle est contée (4) : Un sociétaire chirurgien séjournant à La Havane, rend compte de la géographie de cette île, et parle d'une plante possédant des vertus particulièrement intéressantes. Elle arrête les épanchements sanguins : qu'il s'agisse de la plante fraîche, de son suc ou de la plante séchée et réduite en poudre. Mais il est nécessaire de connaître les doses, un excès entraîne des crises de folie. "C'est là qu'apparaît une vertu surprenante : on prend un poulet, on lui sectionne la tête avec un couteau de part en part, on applique l'herbe fraîche ou réduite en poudre sur la surface ensanglantée de la section, on fait un pansement de bandes qui maintient la tête au cou, au bout de deux heures, retirant le bandage, la blessure est parfaitement cicatrisée".
Ayant reçu la plante, Jacob fit l'expérience, aidé par le sociétaire botaniste Don José Arcadio-Ortéga . Elle réussit parfaitement. Aux alentours de Séville poussait une plante semblable à la précédente connue sous le nom d'herbe vulnéraire sévillane ; l'expérience fut renouvelée avec cette plante sur deux poulets. "On attendit deux heures et les poulets se levèrent et marchèrent aussi bien que ceux soignés avec l'herbe de La Havane". Cette expérience est confirmée par D. Arcadio, secrétaire à l'époque.
Les leçons d'anatomie eurent lieu pendant les années 1740, 1741, 1742. Joseph Jacob, le jeune frère de Guillaume, suivit ces cours pendant dix sept mois à l'issue desquels il fut reconnu chirurgien. Aux Archives Générales de l'Espagne (8) se trouve son curriculum vitae joint à sa demande d'un poste à l'Hôpital de Cadix. Guillaume adresse de son côté une lettre (8) à M François Destandau, médecin de la reine veuve, et de la Chambre du Roi, pour faire appuyer la demande et note que son second frère Pierre, chirurgien dans l'armée navale depuis plusieurs années, mériterait bien pareil poste. Sa requête n'a pas été suivie d'effet, François Destandau mourait le 22 février 1742 (1). Pierre Jacob fut nommé à l'Hôpital de Cadix en 1752, à sa retraite (8). Quant à Joseph, on perd sa trace.
En 1743 les séances d'opérations chirurgicales suivantes sont faites par Guillaume Jacob à l'Hôpital de l'Amour de Dieu. 1ère leçon : la paracentèse*, 2ème opération : de l'empyéme*, 3ème opération : du phimosis*, 4ème : fistule de l'anus, 5ème : la castration, 6ème : cathétérisme* avec des thalles d'algues ; 7ème : amputation de la mamelle sur un cadavre, 8ème : lithotomie*.
Epidémie à Ceuta 1743-1744 (4) :
Le 29 juillet 1743, le ministre de la Santé demande à la Société d'envoyer deux médecins et quatre chirurgiens parmi les meilleurs, pour aller observer et soigner les malades de la place et du bagne de Ceuta où sévit une épidémie. Le Dr Guillaume Jacob est désigné.
De leur première observation rapide en parcourant les hôpitaux (lettre du 15 août) ils déduisent qu'il s'agit d'une fièvre. Suit une description détaillée des symptômes qui leurs permettent d'affirmer que ce n'est pas la peste bubonique, et définissent la maladie : fièvre maligne exanthématique, contagieuse ad proximus. La cause en serait, entre autres, la mauvaise qualité des aliments : poissons (maquereaux, thons, etc.) et l'abus de viande de porc.
Pour une étude plus approfondie de la maladie, Jacob fit l'autopsie de trois cadavres. Description de ses observations : à tous les trois, le foie est en mauvais état surtout dans sa partie convexe, près du centre tendineux du diaphragme, mais chez l'un d'eux qui avait particulièrement souffert d'une tumeur à l'aine droite, il est presque entièrement mortifié sur sa partie convexe, et sur les côtés, ou autour des lobes, rempli de taches particulières ; dans la partie inférieure de l'organe on remarque seulement la vésicule biliaire énormément gonflée, et le liquide plus épais qu'à l'ordinaire. Dans la partie inférieure droite de l'abdomen où passent les artères cœliaques on observe une grande mortification qui occupe une grande partie de " l'ureocolon " et s'étend jusqu'à l'aine dans laquelle était la tumeur. Depuis les ramifications du côté droit de la veine mésentérique, tous les vaisseaux jusque à l'aorte sont remplis de sang noir. Dans la région du thorax on ne remarque rien d'autre que quelques petits points à la surface du cœur. Les autres viscères sont normaux .
Les soins consistent principalement en mesures préventives : surveiller la nourriture, faire bouillir les vêtements qui résistent à la température et le linge des malades, brûler le reste .Les malades sont isolés, les gens valides et les convalescents déménagent loin des hôpitaux. Au 15 août il y avait eu 490 personnes atteintes, 333 sont mortes, 5 guéries, le reste en convalescence. L'épidémie commence à décroître en automne et en hiver. Mais en mars on observe de nouveaux cas parmi les militaires ; des désinfections sévères sont organisées. Enfin l'autorisation de rouvrir les commerces de la ville est donnée le 9 septembre. Les Sociétaires pourraient regagner Séville selon les ordres de Madrid mais le gouverneur de Ceuta s'y oppose; ce n'est qu'à la fin novembre qu'ils seront de retour.
Reprise des séances d'anatomie (4) :
Elles reprennent normalement au début de l'année 1745 . Le 20 mars, en disséquant le cadavre d'un homme de 60 ans soigné à l'hôpital pour l'asthme, Guillaume Jacob eut la surprise de découvrir dans son rein une grosse pierre de forme irrégulière semblable à un corail de couleur sombre, pesant environ 7 grammes. Le malade n'avait pas présenté de symptômes de maladie urinaire ou rénale. Cet échantillon anatomique est encore au musée de la Société. L'année 1746 fut marquée par un petit changement dans le programme. Le premier avril il y eut une séance pour étudier le cerveau d'une personne morte de céphalalgie : il découvrit un abcès purulent entre les méninges
Le 27 septembre la Société célébrait un service funèbre solennel en l'honneur du roi Philippe V décédé le 9 juillet (2).
En 1747 on ne nomme pas d'aides anatomistes faute d'argent, et les cours ont lieu aux dépens des sociétaires ; de même en 1748. Ces années de pénurie terminées, Guillaume Jacob sollicite six mois pour retourner en France régler quelques affaires privées à propos d'une propriété héritée à la mort de ses parents. Pendant ce séjour, il fait son testament (9).
En 1750 Jacob termine ses cours d'anatomie et ne recevant pas son salaire demande l'autorisation de se retirer de la Société : "Don Guillaume Jacob, au service de Sa Majesté, dit qu'il ne peut garder son emploi faute de moyens, a décidé d'aller dans son pays, dans l'espoir de retourner à la Société dès que le Roi Notre Seigneur, prendra des mesures pour l'entretenir".
Il écrit de France le 6 avril expliquant qu'il a décidé de rester dans son pays. Le Dr. Sunol, président de la Société, dit à Jacob dans la lettre du 2 mai ; "manquant d'argent pour vous maintenir, ni la Société ni moi ne pouvons y remédier ; allez où bon vous semble, mais si la Société se trouvait en mesure de reprendre les cours d'anatomie, dans l'espoir d'un don, quand la bonté du Roi libérera des fonds, vous ne pourrez plus refuser de continuer faute de salaire".
Au pays natal :
En décembre 1750 Jacob écrit à la Société, de Castelnau-Montratier en Quercy, lui souhaitant un bon Noël et se préoccupant de ses intérêts (4).
Pendant cette période, il exprime le désir d'offrir un tableau représentant la Sainte Famille à l'église de Castelnau. Ce vœu sera réalisé après sa mort, en 1754 par son frère aîné 9. Son acte de décès peut laisser supposer qu'il s'est retiré ensuite au couvent des Révérends Pères Capucins de Montauban :
Montauban en Quercy - paroisse St Jacques le 27 mars 1752.
"Monsieur noble Guillaume de Jacob, conseiller du Roy, et Professeur d'anatomie dans l'Université de Séville âgé de 48 ans**, est décédé le 26 may 1752, a été enterré le lendemain dans l'église des RR pp. Capucins de cette ville" (10).
Si dans la première partie de ce XVIII siècle les Français apportent leur savoir à l'Espagne, dans la seconde moitié le processus est modifié. De nombreux Espagnols, étudiants, médecins et chirurgiens, vont à Montpellier ou à Paris perfectionner leurs connaissances auprès des maîtres de l'art chirurgical (1).
Avec mes remerciements pour les encouragements et l'aide que m'ont apporté :
M. le Dr A. Role de la Société d'Histoire de la Médecine,
Mrs les Drs Antonio Orozo, Professeur d'Histoire de la Médecine à l'Université de Cadix, Juan Riera, Pr d'Histoire de la Médecine à l'Université de Valladolid,
et le Dr José Maria Montana, Conservateur des Archives de l'Académie Royale de Séville - Espagne.

Notes :
* Jacob est la déformation de Jacot, patronyme qui est généralement écrit dans les actes des parents et grands-parents. En espagnol Jacob devient Jacobe. Mais le nom de cette famille de Castelnau au XVe siècle était Jame ou de Jacobo (pour les notaires de la famille).
** A sa mort Guillaume Jacob devait avoir 53 ans.
Une partie de cette étude est tirée d'ouvrages espagnols d'histoire de la médecine :
1 - Riera (Juan). Cirurgia española ilustrada y su comunicacion con Europa. Valladolid, 1976.
2 - Barras de Aragon (Francisco). Los estudios anatomicos durante el siglo XVIII en la Sociedad Regia de Sevilla. Congr. de Bilbao, t. II, 1919.
3 - Ferrer (Diego). Un siglo de cirurgia en España.
4 - Hermosilla Molina (Antonio). Cien anos de medicina sevillana. Seville, 1970.
5 - Montana Gonzalez (M.T.) et Montana Ramonet (José M.). El boticario sevillano D. José Arcadio de Ortega. Seville, 1995.
6 - A.D. Lot, J 1548, 5 J 22 (fonds Gransault-Lacoste) et 3 E 946 (notaire Foujols).
7 - Dulieu (Louis). La médecine à Montpellier. t. III, époque classique, Avignon, 1983.
8 - Archives générales de l'Espagne. Simancas.
9 - Tailhade, notaire royal (registre chez Me Valmary).
10 - A.D. Tarn-et-Garonne, 1 GG 30 (collection communale).
11 - Archives mairie de Castelnau-Montratier (Lot).
Lexique : * épiploon : replis de la membrane qui enveloppe les viscères abdominaux. - * mésentère : membrane qui maintient les différentes parties de l'intestin. - * médiastin : région, dans la cage thoracique, comprise entre les deux poumons. - * dure-mère et pie-mère : deux membranes qui constituent les méninges. - * paracentèse : opération qui consiste à faire une ponction dans une cavité pleine d'un liquide. - * empyème : opération par laquelle on retire du pus dans la cavité de la plèvre. - * proposition : théorème; - * phimosis : étroitesse de l'ouverture du prépuce qui empêche de découvrir le gland. - * cathétérisme : introduction d'une sonde dans un canal ou dans un conduit naturel. - * lithotomie : opération chirurgicale qui consiste à retirer des concrétions de la vessie.








                                                               retour haut



compteur visites